ÉPISODE 1 : « Belle à en VIVRE »

Léo-Vinh Beauvois Art

 

 

Illustration : Leo-Vinh Beauvois

Photo @ Croix Rouge Française : 1976  camp de réfugiés en Thaïlande pour la photo de la croix Rouge

mes vêtements sont chauds et propres –

 

Je me nomme Khanthaly, me connaissez-vous ? Je souhaite partager ma singulière histoire :

 

Elle a bien sûr commencé avant ma naissance au sein des tribulations de mes ancêtres dans ce pays loin là bas le LAOS, que j’ai quitté âgée de 6 semaines emmitouflée dans un linge de nouveau né à l’initiative de ma mère, qui voulait traverser le grand Fleuve dans le but d’atteindre l’autre rive pour fuir le despotisme de la guerre.

 

L’autre Rive c’est le camp de réfugiés et l’hypothétique promesse de liberté et de jours meilleurs. Ma mère a regardé devant elle et ne s’est pas retournée, des jours à nous cacher dans le purin et le froid, à attendre l’écran de la nuit pour prendre cette barque et tous les risques pour passer de l’autre côté pendant le couvre feu, le nouveau né n’a pas pleuré – pas avant d’avoir atteint l’autre berge.

 

Mes cellules portent cette mémoire qui constitue mon histoire mais en la partageant  tout se détache et se transforme. La Mémoire devient témoignage puis contribution et service au monde.  Je transmets sous bien des formes, mon héritage immatériel pour mes enfants, faire résonner les souches de l’auto-guérison aux coeurs sensibles à mes messages, à vivre beau et vivre ensemble sous le même ciel à rendre aussi hommage au courage des migrants, aux exilés en quête de sens et de la Terre Promise.

 

Aujourd’hui j’ai dépassé la crainte d’être impudique, je vous propose donc de partager les épisodes de mes révélations de la Belle et la Bête en moi et en chacun… de l’ordinaire qui fait naître l’extraordinaire.

Yallah !

 

« BELLE A EN VIVRE »

 

ÉPISODE 1 : Retrouver sa splendeur et féminité au cœur de la maladie

Mai 2017

 

 

Témoigner aujourd’hui me tient vraiment à cœur car l’effet durable de cette expérience est  puissant et a transformé ma perception.

Redécouvrir ma Beauté quelles que soient les circonstances est un immense levier de guérison sans précédent pour moi: fini la Belle au bois dormant !

Depuis presque 18 mois ( mais en sourdine depuis 25 ans ) la maladie tergiverse sur mon cas disons plutôt influence mais ne détermine pas le cours de mon existence,  de grandes questions ont émergées : «  est-ce que tu veux vraiment vivre ?  Comment ? c’est quoi ton inaccompli ? » et blablabla ( ben oui c’est la crise de la quarantaine dans toute sa splendeur ! ).

En lisant le nom de ma société, un de mes chirurgiens m’apprend que c’est le nom de la nourriture que Dieu donnait au peuple exilé dans le désert pendant … 40 ans !!!

 

 Et devinez quoi j’ai fêté mes 40 ans au bloc opératoire seulement 2 jours après cette annonce !

 

Là franchement si je ne suis pas en train d’écrire ma légende personnelle et si Balthazar ( moi  ) croyait au hasard il répondrait : ça tombe bien depuis quelques années déjà je vis des aventures révélatrices au coeur du désert du Sahara où je reçois et organise des séjours 100% Kiffe en ce même lieu…

 

Devant l’inévitable je me suis dit « Fuck it » : lâche les armes et SURRENDER quelle que soit l’issue, du coup franchement ça détend.

Cette première expérience de mort presque imminente :b a été profondément mystique comme une dilatation à l’infini, fin fond de l’intime et universelle à la fois au coeur de l’oeil de Dieu… est ce que j’en suis revenue meilleure ?

La réponse est non mais «  expandue » ça c’est sûr parce que le noyau dur de l’existence il est à vivre dans ma condition humaine, pas dans l’éternité d’un instant qu’on fantasme en boucle.

Alors la vie en a rajouté plusieurs couches et en l’espace de 18 mois 6 opérations souvent en urgence ( 3 en 6 jours pour les dernières et même pas le temps de m’épiler entre deux lol ), pour me mettre un peu plus de plomb dans le cortex  et ouvrir le coeur à m’aimer vraiment pour arrêter de maudire l’obscurité parce que parfois un peu dure de la feuille je suis.

 

La deuxième expérience s’est déroulée dans la douleur et le chaos, sur une échelle de 10 une douleur à 12, tout ne tenait qu’à un fil, une course contre la montre et la mort qui se faisait de plus en plus magnétique elle devenait l’illusion d’une possible délivrance, mais j’ai entendu : « madame restez avec nous » et comme dit j’ai ouvert les yeux !

 

La douleur ( physique et/ ou émotionnelle ) même extrême est une messagère  pas une ennemie, on l’évite, on la fuit, on l’anesthésie mais elle finit toujours par délivrer le colis.

 

On m’a proposé des dérivés d’opium en toute légalité ( honneur à mes ancêtres habiles négociants du triangle d’or ) en réanimation et soins intensifs et le shoot opère mais juste un instant,  avec en sus des bouffées de chaleur et  nausées pour finalement ne plus faire aucun effet et semer le trouble dans mon esprit déjà malmené.

 

Alors vas y Khanthaly écoute enfin ta douleur et là on a causé sérieusement et plongé dans mes abysses, le risque est de rester bloquée en suspension dans la nostalgie d’un ailleurs,  trouver l’excuse séduisante pour être perpétuellement à côté de ses pompes et de la vie version V. Une ambivalence diffuse.

 

Ce qui l’a emporté  c’est la pulsion de Vie.

C’est comme faire l’aller retour de la vie à la mort à la vitesse de la lumière à l’image d’une météorite qui traverse la galaxie en enrichissant sa substance et sa densité.

 

Les émissaires divins n’ont jamais quitté mon chevet : des soignants à qui je rends hommage, mes proches sont les plus aimants de la création ils m’ont tenu la main de près comme de loin, mes enfants sont ma force vitale, des connus ou inconnus ont prié pour ma guérison. Ma bonne étoile montre toujours le Nord.

 

Les cons et « oubliables » se sont dissous dans le cosmos en un éclair.

Une amie m’a récemment dit que j’étais une cellule souche, à me diviser et auto-régénérer à l’infini ça me va bien plutôt que l’éternel phoenix qui renaît de ses cendres encore un truc machin à inscrire dans ma légende personnelle lol.

 

Et moi avec moi-même alors ? La maladie est toujours là et comme dit elle influence mais ne détermine pas et sincèrement si c’était à revivre je signe pour un nouveau tour.

Mon corps est meurtri et toujours convalescent marqué de cicatrices visibles et invisibles, de nouveaux cheveux blancs, amaigri et chétif … le désamour pourrait oeuvrer dans cette dégringolade de l’apparence physique et ses limitations, mais à y regarder de plus près j’ai une chance inouïe de n’avoir aucune séquelle neurologique ou motrice, d’être animée plus que jamais de ce magma de création, d’avoir réalisé la puissance de l’Amour au delà de l’esprit, de voir la Beauté même quand je baigne dans mon sang.

Plus d’une fois j’ai entendu à l’hôpital que j’avais une sacrée bonne étoile ! N’oubliez pas je suis une cellule souche :o)

 

Et voilà qu’à l’aube du Printemps dernier, tout juste convalescente – encore fragile et surtout avec l’impression de n’être qu’une chambre à air complètement vidée –  je rencontre KAREN, créatrice de lingerie artisanale.

 

Ce qui me touche dans le travail et l’oeuvre de Karen c’est que pour la première fois je comprends que lesdits « dessous » sont en réel contact avec l’intime de la féminité pas ceux qui sont au service de la séduction fast food mais celle qui révèle et sublime c’est tellement plus puissant, les dessous que l’on choisit si le coeur  nous en dit de dévoiler à l’élu en maîtresse de cérémonie.

 

J’avoue que jusqu’ici parmi les créations éthiques je n’avais jamais trouvé le glamour, la sensualité, la qualité qui me sied.

Jamais auparavant j’avais trouvé le « perfect fit » à essayer un modèle après l’autre  je me suis enivrée de ma féminité sublimée, enveloppée et entendue au contact de textures qui respirent et surtout sans armatures qui contraignent, des couleurs et finitions de haute voltige qui connaissent le mouvement des corps, une sensualité à tomber de l’armoire, je sortais enfin du huit clos de la maladie.

 

Karen veille, accompagne, rassure et surtout connaît la nature des femmes qui sont trop blessées pour voir leur Beauté.

Face au miroir DÉSIRÉE et DÉSIRANTE  je me suis retrouvée et ça c’est aussi magnétique que les nuits de grande marée, la manifestation d’une énergie primordiale celle qui pour moi donne vie et étincelle le nectar, le miel …

 

Fini le découpage de mon corps passé au crible  :  trop petit, trop gros, pas assez, cicatrices, malade.

Je suis BELLE  et la maladie m’avait  seulement engourdie.

La réponse IN VIVO ne se fait pas attendre et tout devient expérience initiatrice en l’amour de moi-même  ENFIN.

Alors je dis MERCI MERCI MERCI pour tout, à toutes et à tous qui m’avez aidé à transformer la douleur en extase.

Aujourd’hui, avec soin de moi je crée ce que je ne me croyais pas capable de réaliser du fond de mon lit de convalescente :

 

HAWA CRÉATRICES D’ÉQUITÉ  » VIVRE BEAU VIVRE ENSEMBLE « 

 

Ma plume fait couler l’encre de nouveaux récits, je découvre la puissance de ma vulnérabilité révélée !

Au Grand Sahara qui a toujours accueilli sous son aile tous les prismes de mon Diamant : La Belle et la Bête. Il a consolidé avec de l’or liquide mes crevasses, m’a choyé comme une mère dans la maladie, m’a retiré les béquilles quand il était temps pour moi de marcher. À tout ce qui me reste à vivre et partager en ce monde.

 

À la Vie À la Beauté …. Tout bien à vous

 

 

[/column]
  1. juin 28, 2017

    Je t ai vu que qq jours et ta lumière m a parue magnifique

    En lisant tes écris je te trouve encore plus belle

    J espère te revoir bientôt avec ce merveilleux sourire qui éclaire ton visage

    • juillet 24, 2017

      Merci beaucoup SANDRA, j’espère que tout va bien pour toi au plaisir de te revoir à Marrakech

  2. mars 20, 2018

    Avant d avoir posé tes mains sur moi, tu m as touchee dejà

    Hâte de te con-naître mieux et plus que par telephone interposé

    Nadia( de Casa:-) )

    • mars 29, 2018

      Bonjour Nadia,

      Oui au grand plaisir de te rencontrer. Je vais donner des soins à Marrakech le 05-06 Avril prochain an attendant la prochaine formation.
      Bien chaleureusement
      Khanthaly

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

Tous droits réservés © 2014 - www.kwuan-yin.com

Intégration : Lysiakrea.com